Home / Accueil

Phare de cap Spear

Chemin Blackhead, autoroute 11, St. John's, Terre-Neuve et Labrador, Canada

Reconnu formellement en: 2002/06/20

Vue générale du phare du cap Spear montrant l’expression des principes de la conception néoclassique dans les larges fenêtres rectangulaires régulières du rez-de-chaussée, surmontées de petites fenêtres, dont certaines sont factices, à l’étage supérieur, ; Parks Canada Agency / Agence Parcs Canada 2000
Vue générale
Vue du paysage et le phare du cap Spear situé sur le bord de la falaise, 1981.; Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, J. Steeves, 1981.
Vue du paysage
Vue générale du Phare du cap Spear, 1990.; Agence Parcs Canada / Parks Canada Agency, 1990.
Vue générale

Autre nom(s)

s/o

Liens et documents

Date(s) de construction

1835/01/01

Inscrit au répertoire canadien: 2005/04/19

Énoncé d'importance

Description du lieu patrimonial

Le phare du cap Spear au lieu historique national du Canada du Cap-Spear est un édifice néoclassique de plan carré à deux étages. Il a un recouvrement de planches à clins et un toit en croupe peu pentu surmonté d’une tour de phare circulaire en pierre massive et d’un fanal polygonal. Construit en 1835, Le phare du cap Spear se situe dans la partie la plus orientale de Terre-Neuve et il est le cœur du lieu historique national du Canada du Cap-Spear. La désignation se limite au tracé au sol du bâtiment.

Valeur patrimoniale

Le phare du cap Spear a été désigné édifice fédéral du patrimoine classé en raison de ses associations historiques et de son importance architecturale et environnementale.

Valeur historique :
Le phare du cap Spear est associé à la fourniture d’une aide à la navigation pendant le peuplement de Terre-Neuve. Construit en 1835, il a été le premier phare aménagé à cette fin sur la côte est de Terre-Neuve. Le phare du cap Spear signalait l’entrée dans le port de St. John’s aux navires commerciaux et autres embarcations, et il a été le premier projet de Travaux publics réalisé par l’assemblée législative coloniale ainsi que le premier projet entrepris par les commissionnaires des phares. Dès le début, des droits d’expédition ont été imposés aux navires commerciaux pour payer les frais d’entretien du phare. Des membres de la famille Cantwell ont été les gardiens du phare tout au long de son exploitation, pendant plus d’un siècle.

Valeur architecturale :
Le phare du cap Spear est une excellente interprétation de Néoclassicisme appliqué à la conception d’un phare; il se caractérise par une composition bien proportionnée et des formes construites simples. Bien bâti et fonctionnellement bien conçu, Le phare du cap Spear intègre adroitement deux types de bâtiments, une résidence et un phare et il représente une solution élégante à un programme fonctionnel exigeant. La construction solide du bâtiment démontre aussi l’utilisation de matériaux de qualité et la maîtrise de leur mise en œuvre, notamment pour la charpente et la maçonnerie intérieure de la tour et du fanal, qui ont su résister aux rudes conditions atmosphériques durant plus d’un siècle.

Valeur environnementale :
Situé à l’extrémité est de Terre-Neuve, Le phare du cap Spear renforce le cadre maritime de son promontoire accidenté et du littoral naturel. L’emplacement, délimité par le lieu historique national du Canada du Cap-Spear, a conservé son caractère accidenté et son lien avec le paysage environnant. Le phare du cap Spear est l’un des symboles les mieux connus de la presqu’île Avalon, une distinction qu’il partage avec la tour Cabot et le Phare du cap Bonavista.

Sources : Alexandra Mosquin, Phare du Cap-Spear, Saint-Jean (Terre-Neuve) ; Bureau d'examen des édifices fédéraux du patrimoine, Rapport de recherche 00-198; Phare du Cap-Spear, Saint-Jean (Terre-Neuve) ; Énoncé de la valeur patrimoniale 00-198.

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du phare du cap Spear devraient être respectés.

Son rôle d’aide à la navigation dans le cadre du peuplement de Terre-Neuve et de premier phare annonçant l’entrée dans le port de St. John’s qui se reflète dans les éléments suivants :
- l’emplacement côtier stratégique et la vue panoramique;
- l’intégration habile de deux types de bâtiment, une résidence et un phare, ayant permis le fonctionnement continu et efficace du phare côtier en dépit du terrain accidenté et des rudes conditions météorologiques.

Son excellente interprétation du néoclassicisme du début du XIXe siècle, la qualité de l’exécution et des matériaux, dont témoignent :
- la composition symétrique et bien proportionnée de l’édifice, les formes simples comme le volume cubique de la résidence, la forme pyramidale du toit en croupe bas, la tour circulaire en pierre et la lanterne polygonale surmontée d’un dôme;
- l’articulation simple des façades, nettement définies et encadrées par la corniche qui les surplombe, les larges planches horizontales à la base et à la corniche de l’édifice, et les larges planches verticales évoquant des pilastres aux coins de l’édifice et entre les fenêtres, divisant les élévations en trois baies;
- le rythme établi par les proportions et la disposition symétriques des fenêtres à guillotine du rez-de-chaussée, et les plus petites fenêtres aveugles rectangulaires du niveau supérieur;
- l’élégante combinaison des couleurs extérieures : le blanc de la résidence carrée et les rayures rouges et blanches du dôme de la lanterne;
- la disposition intérieure fonctionnelle des espaces résidentiels, organisés autour de la tour de maçonnerie;
- la construction soignée de la tour et des fondations de pierre et la structure de bois et le bardage à clin de la résidence.

La manière dont ce phare côtier renforce le caractère maritime de son cadre:
- ses liens avec son emplacement, en particulier son implantation éminente sur une crête à l’extrémité d’un sentier qui monte, et son emplacement qui le distingue des autres édifices de ce lieu historique national;
- le contraste du blanc vif de la résidence et du rouge et blanc distinctifs de la lanterne avec le paysage accidenté de la péninsule rocheuse et l’océan à perte de vue qui établissent le caractère maritime du lieu ;
- la valeur emblématique de l’édifice en tant que principal point d’intérêt du lieu historique national du Canada du Cap-Spear et l’un des symboles les plus connus de la presqu’île d’Avalon.

Reconnaissance

Juridiction

Fédéral

Autorité de reconnaissance

Gouvernement du Canada

Loi habilitante

Politique du Conseil du Trésor sur les édifices du patrimoine

Type de reconnaissance

Édifice fédéral du patrimoine classé

Date de reconnaissance

2002/06/20

Données sur l'histoire

Date(s) importantes

s/o

Thème - catégorie et type

Catégorie de fonction / Type de fonction

Actuelle

Transport maritime
Phare ou aide à la navigation

Historique

Architecte / Concepteur

s/o

Constructeur

s/o

Informations supplémentaires

Emplacement de la documentation

Direction générale des lieux historiques nationaux, Centre de documentation, 5ième étage, salle 89, 25, rue Eddy, Gatineau, Québec

Réfère à une collection

Identificateur féd./prov./terr.

9547

Statut

Édité

Inscriptions associées

General view

Lieu historique national du Canada du Phare-de-Cap-Spear

Perché sur un promontoire et surveillant les abords du port de St. John’s, le phare du Cap Spear constitue un emblème de la province de Terre-Neuve. Le phare dont la structure a…

General view

Phare de Cap Spear (ancien)

Le phare de Cap Spear (ancien) comprend le phare lui-même et la résidence du gardien, un concept fréquemment utilisé au XIXe siècle. Construite en 1835, la tour de pierre…

RECHERCHE DANS LE RÉPERTOIRE

Recherche avancéeRecherche avancée
Trouver les lieux prochesTROUVER LES LIEUX PROCHES ImprimerIMPRIMER
Lieux proches