Home / Accueil

Chronologie de la guerre de 1812 - D’avril 1813 à juin 1813

Chronologie PDF

D'avril 1813 à juin 1813

Printemps 1813   

Le capitaine Daniel Pring commande les forces de la Royal Navy sur le lac Champlain. Il arrive à l'Île-aux-Noix le 25 juillet.

 

En raison de la valeur stratégique de Kingston dans le Haut-Canada, qui sert de point de transbordement pour les troupes et les marchandises, ainsi que du chantier naval qui s'y trouve, les Britanniques commencent à y ériger une série de fortifications. À la fin de la guerre, la ville sera entourée de batteries et de blockhaus en bois reliés par une palissade, également en bois. Du côté est du port, le chantier naval sera protégé par un nouveau poste nommé fort Henry.

Avril 1813             

La construction d'ouvrages défensifs, dont un blockhaus octogonal, débute à Coteau-du-Lac dans le Bas-Canada.

Pendant de nombreuses années, Coteau-du-Lac est un important lien logistique entre le Haut et le Bas‑Canada et le lieu du premier canal avec écluse en Amérique du Nord (1781). Au début de la guerre, les troupes sont placées en garnison dans le vieux blockhaus décrépit du XVIIIe siècle à ce poste situé sur le Saint-Laurent, voie de transbordement stratégique des Britanniques. Sur recommandation du Royal Engineer Ralph Bruyeres, un programme de construction ambitieux est mis en œuvre pour le renforcement du système de défense, notamment la construction d'un grand blockhaus octogonal en bois et des travaux de terrassement de chaque côté du canal. Le site de Coteau-du-Lac ne subit aucune attaque, mais demeure en état d'alerte quand le major général Wilkinson lance sa campagne sur le Saint-Laurent en novembre 1813 dans le but de prendre Montréal.

 

Des canonnières sont construites au chantier naval de l'Île-aux-Noix , dans le Bas-Canada.

 

La troupe des Western Rangers, également appelée « les Rangers de Caldwell », est formée dans le Haut-Canada. Elle porte le nom de son commandant, William Caldwell, un marchand qui a des liens avec le département des Indiens. Cette unité de la milice est créée pour combattre aux côtés des alliés amérindiens des Britanniques. Elle participera à plusieurs combats dans le Haut-Canada, notamment aux batailles de Moraviantown, de Longwoods et de Lundy's Lane.

 

Les troupes de Provincial Light Dragoons du capitaine Andrew Adams et du capitaine Richard Fraser sont formées dans l'Est du Haut-Canada. Les deux troupes seront fusionnées le 25 septembre 1813.

3 avril 1813           

Des combats ont lieu sur la rivière Rappahannock en Virginie. Des bateaux de la Royal Navy abordent et capturent quatre navires américains.

6 avril 1813 

Des navires de la Royal Navy bombardent Lewes, au Delaware.

8 avril 1813  

Le Corps provincial des voyageurs du commissariat est créé dans le Bas-Canada.

12 avril 1813 

Des bataillons d'infanterie légère de la milice sont formés dans le Bas-Canada.

15 avril 1813

Le fort Charlotte, dans l'Ouest de la Floride, est pris aux Espagnols par les troupes américaines.

22 avril 1813

La marine provinciale, créée en 1778, est démantelée.

27 avril 1813

Bataille de York, dans le Haut-Canada.

Ne pouvant lancer une attaque amphibie sur Kingston en raison des glaces qui bloquent le port, le brigadier-général américain Zebulon Pike se tourne plutôt vers York et les navires de guerre qui y sont en construction. Incapable d'empêcher le débarquement des Américains, le major-général sir Roger Hale Sheaffe ordonne que l'on brûle le sloop Sir Isaac Brock et que l'on fasse exploser la poudrière du fort York, ce qui tue des centaines d'Américains dont Pike, qui est blessé à mort. Les soldats réguliers de Sheaffe battent en retraite jusqu'à Kingston, laissant la milice négocier la reddition de la ville. Les Américains occupent la ville pendant un peu plus d'une semaine et détruisent des biens publics et privés. Bien que cette attaque ait affaiblie leur armée, ils réussissent néanmoins à perturber les plans de leurs ennemis, car les provisions destinées à l'escadron britannique sur le lac Érié sont perdues pendant la bataille.

28 avril 1813

Les Britanniques inaugurent le HMS Sir George Prevost (22 canons), qui sera peu après rebaptisé Wolfe, à Kingston dans le Haut-Canada. Ce navire deviendra le navire amiral du commodore sir James Lucas Yeo lorsqu'il arrivera à Kingston en mai 1813.

29 avril 1813 

Les Canadian Light Dragoons sont levés dans le district de Montréal, dans le Bas-Canada. Ces troupes serviront dans le Haut et le Bas-Canada.

 

Un raid est lancé sur Frenchtown, au Maryland. Des marins britanniques et des Royal Marines attaquent et dispersent la milice du Maryland. Des provisions sont réquisitionnées dans la ville.

Mai 1813

Deux compagnies du 99e régiment sont stationnées à Annapolis Royal en Nouvelle-Écosse pour défendre cette partie de la côte de la baie de Fundy contre les corsaires, et pour aller à la défense de Saint John au Nouveau-Brunswick, dans l'éventualité d'une attaque contre cette ville.

 

Dominique Ducharme recrute des guerriers des Premières nations et les conduits dans la péninsule du Niagara, dans le Haut-Canada. Ils participeront à la bataille de Beaver Dams en juin 1813.

 

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le 19e régiment des Light Dragoons, la seule unité de cavalerie régulière britannique qui servira en Amérique du Nord britannique pendant la guerre.

 

Dans le Bas-Canada, des unités d'infanterie légère de la frontière et la Compagnie indépendante des volontaires de la milice sont créées.

Du 1er au 9 mai 1813

Premier siège du fort Meigs en Ohio.

Une partie de leur territoire de l'Ohio étant occupé, les Premières nations font pression sur le major‑général britannique Henry Procter pour qu'il attaque le quartier général du major-général William Henry Harrison sur la rivière Maumee. Procter se rend également compte que les Américains constituent une menace militaire pour sa base d' Amherstburg dans le Haut-Canada. Ainsi, après l'arrivée de renforts de Niagara, Procter assiège le fort Meigs, le bombardant à l'aide de ses canonnières et de batteries érigées des deux côtés de la rivière. Le 5 mai, les alliés infligent une défaite à une importante force américaine venue en renfort ainsi qu'aux défenseurs du fort qui tentent une sortie. Toutefois, comme ses provisions s'épuisent et qu'il ne dispose pas de pièces d'artillerie adaptées à la tenue d'un siège, le major-général britannique doit mettre fin à l'opération. En raison de cette défaite, Procter perd le respect de Tecumseh et d'autres chefs amérindiens.

3 mai 1813            

Les forces navales britanniques dirigées par le contre-amiral sir George Cockburn attaquent Havre de Grace et Bell's Ferry au Maryland.

5 mai 1813            

Arrivée à Québec, dans le Bas-Canada, du commodore sir James Lucas Yeo et de détachements de la Royal Navy.

Dans le but de renforcer les défenses navales en eaux douces du Canada, le commandant en chef sir George Prévost plaide à maintes reprises en faveur du renforcement de la marine royale. Le gouvernement britannique acquiesce à sa demande en nommant le distingué vétéran sir James Lucas Yeo commodore et commandant des forces navales sur les lacs du Canada. Yeo est d'abord et avant tout responsable de la défense des provinces d'Amérique du Nord, mais il souhaite aussi regagner la domination britannique sur le lac Ontario alors sous le contrôle de la flottille du commodore de la marine américaine Isaac Chauncey.  Yeo quitte l'Angleterre en mars à bord du Woolwich en compagnie de plus de quatre cents officiers et marins dont un grand nombre rentrent à peine d'une campagne en mer Baltique. Yeo apporte aussi des pièces d'artillerie et des fournitures nécessaires à l'établissement d'une force navale sur les Grands Lacs.

13 mai 1813          

Le capitaine James MacLaughlan, commandant des Royal Engineers à Saint John au Nouveau-Brunswick, rapporte que les habitants de St. Andrews ont érigé trois batteries comportant chacune un blockhaus .

15 mai 1813          

Le commodore sir James Lucas Yeo arrive à Kingston, dans le Haut-Canada.

Avant l'arrivée du commodore Yeo, c'était la marine provinciale, essentiellement un service de transport, qui administrait les forces navales britanniques sur les lacs. Mais cette organisation, qui fait partie du département de l'armée du quartier-maître général, manque d'officiers d'expérience et de marins compétents et est incapable de résister au pouvoir croissant de la force navale américaine dirigée par le commodore Isaac Chauncey. Yeo et un groupe de 465 officiers de la Royal Navy sont donc envoyés d'Angleterre en mars 1813 pour assurer la défense de la colonie. Yeo prend le commandement de tous les navires de la marine provinciale et dépêche des membres de sa force au lac Champlain, sous les ordres du commandant Daniel Pring, et au lac Érié, sous les ordres du commandant Robert Barclay. Peu après son arrivée, Yeo attaque les Américains à Sackets Harbor.

22 mai 1813

Début de la campagne du corsaire britannique Dart.

Peu de corsaires ont mené leurs activités à partir du Nouveau-Brunswick, car ils auraient risqué de perturber les échanges commerciaux autorisés. Des quelques corsaires néo-brunswickois qui ont pris la mer, le Dart, sloop de 74 tonnes, est celui qui a connu le plus de succès. Le Dart, à l'origine un sloop américain, est capturé par la Royal Navy au début de 1813 et vendu aux enchères à Halifax, où il est acquis par un groupe d'investisseurs de Saint John, au Nouveau-Brunswick. Ses activités de corsaire, qui débutent le 22 mai sous les ordres du capitaine John Harris de Clementsport en Nouvelle-Écosse, auraient pu connaître une fin prématurée : le 28 mai, par un épais brouillard, le HMS Rattler fait feu sur le sloop, son capitaine l'ayant pris pour un navire ennemi. Le Dart   rapporte dix prises avant d'être capturé par le navire de la douane américaine Vigilant au large du Rhode Island le 4 octobre 1813.

Du 25 au 27 mai 1813

Bataille du Fort George, dans le Haut-Canada.

Le 25 mai, des batteries américaines installées le long de la rivière Niagara ouvrent le feu sur le fort George, détruisant le principal fort britannique sur cette rivière au terme d'une journée de bombardement. Le matin du 27 mai, 4 500 soldats américains commandés par le major-général Henry Dearborn débarquent sur la rive du lac Ontario à l'ouest de Niagara. Attaqués par un ennemi deux fois supérieur en nombre, les Britanniques, Canadiens et Amérindiens doivent en plus subir les tirs d'artillerie des navires américains. Après avoir essuyé de lourdes pertes, le brigadier-général britannique John Vincent abandonne ses positions dans la péninsule du Niagara et ordonne à ses troupes de battre en retraite jusqu'à Burlington Heights . Ce recul contrarie les plans des Américains, qui prévoyaient barrer la voie aux Britanniques et les anéantir entre Queenston et Niagara. Les forces américaines établissent une base au fort George pour soutenir leur invasion du Haut-Canada.

27 mai 1813          

Les Britanniques battent en retraite jusqu'à Burlington Heights, dans le Haut-Canada.

Après la bataille du Fort George, le brigadier-général britannique John Vincent abandonne la péninsule du Niagara et bat en retraite jusqu'aux fortifications de Burlington Heights. Cinq navires de guerre américains, repoussés sur la rivière Niagara par les canons du fort Érié, se joignent à la flotte des États‑Unis sur le lac Érié. Ils participeront à la bataille du Lac Érié à l'automne. Vincent dissout la milice du Niagara, laissant les hommes se débrouiller seuls face à l'occupant américain. Depuis Burlington Heights, les Britanniques peuvent à tout le moins envoyer des renforts et des provisions essentielles aux postes situés plus à l'ouest. S'ils venaient à perdre cette position, ils devraient abandonner la partie ouest du Haut‑Canada et mettre fin à leurs alliances avec les Premières nations associées au chef shawnee Tecumseh. 

29 mai 1813

Bataille de Sackets Harbor, dans l'État de New York.  

L'escadron américain du commodore Isaac Chauncey étant retenu à Niagara, le gouverneur général sir George Prévost planifie une attaque amphibie depuis Kingston, dans le Haut-Canada, sur Sackets Harbor, la principale base navale américaine sur le lac Ontario. L'escadron du commodore sir James Lucas Yeo est chargé de transporter environ 800 soldats jusqu'à la ville ennemie. Le 28 mai cependant, le vent tombe, ce qui immobilise la flotte au large de la rive américaine et révèle sa présence à l'adversaire. La garnison de la ville profite du délai pour se préparer. L'attaque du lendemain matin échoue, et les Britanniques se font pilonner. Pris de panique, les officiers américains ordonnent que le feu soit mis aux entrepôts et à un navire de guerre en construction, le General Pike. L'incendie est éteint une fois les Britanniques repartis. Chauncey rassemble alors la flotte à Sackets Harbor et ne quitte plus le port jusqu'à ce que la construction du General Pike soit achevée à la fin juillet. Temporairement maître du lac, Yeo mène plusieurs opérations amphibies fructueuses.

De juin à décembre 1813

Les Britanniques font le blocus du fort George, dans le Haut-Canada, alors occupé par les Américains.

Après la bataille de Stoney Creek, les Britanniques et leurs alliés autochtones instaurent le blocus du fort George, alors occupé par les Américains. Le brigadier-général américain écrit que toute son armée se terre, paniquée et découragée. Les troupes américaines qui s'aventurent hors des murs du fort sont attaquées et repoussées, souvent par des guerriers amérindiens alliés aux Britanniques. Des coups de feu retentissent dans les champs et les bois que les soldats réguliers, les miliciens et les Amérindiens tentent de contrôler. Les terribles conditions de vie et d'hygiène dans le camp américain entraînent des maladies et des décès et sapent le moral des soldats. Cet enlisement sur la frontière du Niagara pousse les États-Unis à déplacer leurs troupes vers la région du Saint-Laurent à l'automne 1813.

Juin 1813 

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le régiment de Watteville et le 13 régiment.

 

Le major-général Louis de Watteville prend le commandement du district de Montréal, dans le Bas-Canada.

 

Le 2e bataillon du 8e régiment (appelé aussi « le régiment du roi ») arrive au Nouveau-Brunswick, et la milice qui avait été formée pour défendre la province met fin à ses activités.

 

Le dernier navire du commandant en chef Oliver Hazard Perry est mis à l'eau à Érié, en Pennsylvanie. Six nouveaux navires américains, construits pendant l'hiver précédent, se joignent à un escadron de cinq navires déjà formé à Black Rock, dans l'État de New York.

1 juin 1813

Le HMS Shannon défait l'USS Chesapeake au large de Boston, au Massachusetts

Bien que le blocus des côtes des États-Unis par la Royal Navy ne s'étende pas encore à la Nouvelle‑Angleterre, le HMS Shannon, commandé par le capitaine Philip Broke, fait partie du petit escadron qui surveille les activités navales américaines dans le port de Boston. Il se trouve isolé, cependant, lorsque le capitaine James Lawrence de l'USS Chesapeake (le même navire qui a été malmené par le HMS Leopard en 1807) décide imprudemment s'en prendre à lui. Il s'agit d'une décision périlleuse, car Broke est un spécialiste de l'artillerie navale, ayant adopté des concepts comme le tir de concentration. Ainsi, malgré un armement relativement équivalent, le Shannon vient rapidement à bout du Chesapeake, s'en emparant au bout de quinze minutes seulement. Blessé à mort, Lawrence ordonne aux marins de ne pas rendre le bateau, déclaration qui fera de lui un héro national.

3 juin 1813

Les navires américains Growler et Eagle sont capturés par les forces britanniques sur la rivière Richelieu, près de l'Île-aux-Noix, dans le Bas-Canada.

Alors qu'ils patrouillent dans les eaux du lac Champlain pour freiner la contrebande vers le Bas-Canada, les navires américains Growler et Eagle s'engagent sur la rivière Richelieu et remontent vers le nord jusqu'à se trouver à portée de vue des fortifications de l'île aux Noix. Informés de l'incursion des Américains, les Britanniques lancent immédiatement trois canonnières à l'assaut des sloops qui approchent. L'étroit chenal empêche ces derniers de faire demi-tour et les canons britanniques leur infligent de lourds dommages pendant une bataille de trois heures. Les Américains finissent par se rendre et leurs navires, rebaptisés le Shannon et le Broke, sont intégrés à la flottille britannique. Cette capture permet alors aux Britanniques de prendre le contrôle maritime du lac Champlain, mais les deux navires sont plus tard repris par les Américains durant la bataille de Plattsburg.

6 juin 1813

Bataille de Stoney Creek, dans le Haut-Canada.

Le 1er juin, 3 000 soldats américains dirigés par les brigadiers-généraux William Winder et John Chandler s'approchent des positions tenues par les Britanniques à Burlington Heights, dans le Haut-Canada. Le soir du 5 juin, ils s'arrêtent à Stoney Creek. Ayant à sa disposition 700 hommes seulement, le brigadier‑général britannique John Vincent ordonne une attaque nocturne risquée sur le camp des États‑Unis. Guidés par le milicien éclaireur Billy Green, les soldats réguliers britanniques et un petit groupe de guerriers amérindiens prennent les forces américaines par surprise. Celles-ci se ressaisissent, et une bataille confuse s'engage alors en pleine noirceur. Winder et Chandler sont tous deux capturés. Les Britanniques se retirent avant que leur nombre soit révélé à l'ennemi par la lumière du jour. Cette attaque surprise atterre et désorganise les Américains, qui se replient jusqu'au ruisseau Forty Mile, dans le Haut‑Canada. Il s'agit d'une victoire inspirante pour les Amérindiens et les miliciens canadiens. 

 

Le HMS Shannon escorte sa prise de guerre, l'USS Chesapeake, dans le port de Halifax en Nouvelle-Écosse.

 

Partis de Kingston dans le Haut-Canada sur l'ordre du commodore sir James Lucas Yeo, le commandant Robert Barclay et un contingent de marins de la Royal Navy arrivent à Amherstburg, dans le Haut-Canada.

Le commandant britannique Robert Barclay, 28 ans, a déjà de nombreux combats navals à son actif lorsqu'il est envoyé à Amherstburg dans le but de renforcer ces installations sur le lac Érié en remplaçant les hommes de la marine provinciale par ceux de la Royal Navy, qui sont des professionnels. Accompagné de plusieurs officiers et de quelques dizaines de marins de la Royal Navy et anciens membres de la marine provinciale, Barclay constate à son arrivée que la situation est grave : les marins d'expérience sont peu nombreux, et les matériaux et équipements disponibles sont insuffisants pour achever le navire amiral de l'escadron d'Amherstburg, le HMS Detroit. De plus, le commandant en chef américain Oliver Hazard Perry travaille à la mise sur pied d'un escadron de force supérieur qui menacera bientôt la ligne d'approvisionnement britannique sur le lac Érié. Malgré ces difficultés, Barclay engagera bientôt la bataille contre les Américains pour la domination du lac Érié.

7 juin 1813            

Des combats ont lieu à Forty Mile Creek, dans le Haut-Canada.

Après la bataille de Stoney Creek, les Américains se replient jusqu'au ruisseau Forty Mile. Le 7 juin, la flotte britannique du commodore sir James Lucas Yeo, qui transporte des soldats et des provisions à destination de Burlington, apparaît au large. Yeo débarque ses troupes et commence à bombarder la force américaine, désormais dirigée par le major-général Morgan Lewis. Craignant d'être coupé de sa base, Lewis bat en retraite jusqu'au fort George. Cette retraite se transforme en déroute lorsque les Américains sont attaqués par des guerriers amérindiens et des miliciens canadiens. Pris de panique, ils laissent derrière eux de grandes quantités de matériel militaire. Deux jours plus tard, les Américains se retirent du fort Érié, de Chippawa et de Queenston pour se réfugier dans leur camp du fort George.

9 juin 1813

Les forces américaines incendient le fort Érié et abandonnent les postes de Chippawa et de Queenston dans le Haut-Canada.

11 juin 1813

Le Liverpool Packet est capturé par l'équipage du corsaire américain Thomas, de Portsmouth au New Hampshire.

12 juin 1813

Après avoir été partiellement incendié pendant l'attaque des Britanniques sur Sackets Harbor, dans l'État de New York, le 29 mai 1813, l'USS General Pike (26 canons) est inauguré dans ce port. Il renforcera considérablement la flotte américaine sur le lac Ontario.

16 juin 1813

Sur le lac Ontario, la goélette américaine Lady of the Lake s'empare du navire britannique Lady Murray, parti de Kingston avec des provisions pour York dans le Haut-Canada.

19 juin 1813

Un raid est lancé sur Sodus Point, dans l'État de New York. Les forces amphibies du commodore britannique sir James Lucas Yeo s'emparent de provisions américaines et mettent le feu aux entrepôts de la ville.

20 juin 1813

Une flottille de 15 canonnières américaines attaque la frégate britannique Junon dans la baie de Chesapeake, faisant plusieurs morts et des dommages superficiels.

Été 1813

Un corps d'infanterie de la marine est levé dans le district de Montréal. Il sera affecté à la base navale de l'Île-aux-Noix , dans le Bas-Canada.

22 juin 1813

Laura Ingersoll Secord prévient les Britanniques d'une attaque imminente par les Américains.

Apprenant l'intention des Américains d'attaquer un important avant-poste britannique à la maison DeCew près de Beaver Dams, dans le Haut-Canada, Laura Secord, âgée de 38 ans, laisse son époux blessé dans leur maison de Queenston et entreprend son célèbre voyage pour prévenir le lieutenant James FitzGibbon. Afin d'éviter les sentinelles et les patrouilles américaines, Laura quitte la route principale et parcourt environ 30 kilomètres dans les marécages et les bois lors d'une journée particulièrement chaude. Des Amérindiens alliés aux Britanniques la mènent jusqu'à FitzGibbon ce soir‑là. Les renseignements qu'elle lui transmet contribuent à la défaite des Américains lors de la bataille de Beaver Dams. Le récit de Laura Secord deviendra célèbre lors de la visite du prince de Galles en 1860. Elle fait partie des plus illustres héros canadiens de la guerre de 1812. 

 

Bataille de l'Île Craney, en Virginie. Des forces amphibies britanniques attaquent sans succès les fortifications américaines érigées sur l'île.

24 juin 1813

Bataille de Beaver Dams, dans le Haut-Canada.

Le 24 juin, 600 soldats américains dirigés par le colonel Charles Boerstler quittent Queenston pour attaquer un important avant-poste britannique à l'intérieur des terres, la maison DeCew près de Beaver Dams. La colonne est attaquée par des guerriers kanienkehaka (mohawk) de Kahnawake (Caughnawaga), dans le Bas-Canada, menés par le capitaine Dominique Ducharme. Ceux-ci sont rejoints par un plus petit groupe d'Ohsweken (Six Nations de Grand River) dirigé par le capitaine William Kerr. Au terme d'une bataille de trois heures, les Américains, épuisés et manquant de munitions, se rendent à un petit groupe de soldats britanniques sous les ordres du lieutenant James FitzGibbon. Ce dernier devient un véritable héro pour avoir fait croire aux Américains qu'il disposait d'une force importante. À la suite de cette défaite, le major-général Henry Dearborn se voit retirer le commandement de la force américaine dans la péninsule du Niagara.

25 et 26 juin 1813

Bataille de Hampton, en Virginie. Des soldats d'infanterie de la marine, des soldats et des marins britanniques effectuent un débarquement et s'emparent de la ville après avoir vaincu une force de miliciens de la Virginie.

26 juin 1813

Plutôt que de se rendre à l'ennemi, le capitaine de la goélette corsaire américaine Young Teazer fait exploser son navire à Mahone Bay, en Nouvelle-Écosse, ce qui coûte la vie à 28 des 36 membres d'équipage. Certaines des victimes sont enterrées dans une fosse commune du cimetière anglican de Mahone Bay.  

28 juin 1813

La Gazette royale du Nouveau-Brunswick publie des soumissions concernant les matériaux nécessaires à la construction d'une tour Martello sur les hauteurs de Carleton.

 

← Précédent    |    Suivant →

Chronologie de la guerre de 1812


Section 1 : De 1775 à novembre 1811
Section 2 : De janvier 1812 à juin 1812
Section 3 : De juillet 1812 à septembre 1812
Section 4 : D'octobre 1812 à décembre 1812
Section 5 : De janvier 1813 à mars 1813
Section 6 : D'avril 1813 à juin 1813
Section 7 : De juillet 1813 à septembre 1813
Section 8 : D'octobre 1813 à décembre 1813
Section 9 : De janvier 1814 à mars 1814
Section 10 : D'avril 1814 à juin 1814
Section 11 : De juillet 1814 à décembre 1814
Section 12 : De janvier 1815 à 1871

Site web officiel du Gouvernement du Canada du bicentenaire de la guerre de 1812

LIENS CONNEXES