Home / Accueil

Chronologie de la guerre de 1812 - De 1775 à novembre 1811

Chronologie PDF

 

De 1775 à 1783

De 1775 à 1783

Guerre de l'Indépendance américaine.

Treize colonies américaines mécontentes de l'autorité exercée par les Britanniques rompent toutes leurs relations avec la métropole et déclarent leur indépendance. Cet acte de sécession déclenche une longue guerre sanglante entre les forces britanniques et les patriotes américains. À la suite du traité de Paris, qui met un terme aux hostilités, de nombreux loyalistes persécutés se réfugient en Grande-Bretagne et dans les autres colonies britanniques. Cette guerre marque le début d'un siècle de conflit militaire et politique entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, pendant lequel auront lieu la guerre de 1812 et de nombreuses querelles frontalières. L'indépendance des États-Unis déclenche également une lutte entre les Américains et les Amérindiens pour le contrôle des terres situées au nord de la rivière Ohio. Les affrontements se multiplient dans la région avec l'arrivée d'un nombre croissant de pionniers américains. La rivalité entre les deux groupes pour la domination de ces terres convoitées se poursuivra jusqu'au XIX siècle. 

1778

1778

La marine provinciale, une force navale en eau douce, est créée pour patrouiller les Grands Lacs, le lac Champlain et le fleuve Saint‑Laurent.

Après avoir assuré son contrôle de l'Amérique du Nord en défaisant la France lors de la guerre de Sept Ans (1756-1763), la Grande‑Bretagne a besoin d'un service maritime afin d'approvisionner et de maintenir le contact avec ses postes des Grands Lacs. La marine provinciale est créée à cette fin et elle entraîne l'établissement de chantiers navals à Kingston (1790) et à Amherstburg (1796), dans le Haut‑Canada, et à l'île aux Noix (1812), dans le Bas-Canada. Quand la guerre éclate en 1812, les petits bâtiments légèrement armés de la marine provinciale servent essentiellement au transport de troupes et aux approvisionnements. Si elle excelle à cette tâche, elle s'avère moins efficace comme force navale contre la flotte du commodore américain Isaac Chauncey sur le lac Ontario. En mai 1813, les professionnels de la marine royale, sous les ordres du commodore sir James Lucas Yeo, prennent le commandement de la marine provinciale.

1779

1779

Des réfugiés loyalistes américains commencent à émigrer en Amérique du Nord britannique.

1787

13 juillet 1787

Le Congrès des États-Unis adopte l'Ordonnance du Nord-Ouest, qui permet la création de nouveaux États dans les territoires au nord de la rivière Ohio et à l'est de la rivière Mississippi. Malgré des dispositions législatives prescrivant un traitement équitable des Premières nations dans la région, les colons américains continuent d'empiéter sur les terres des Amérindiens.

1789

1789

À Kingston, dans le Haut‑Canada, les Britanniques établissent un chantier naval, qui deviendra leur principal chantier de construction des navires de combat sur les Grands Lacs pendant la guerre de 1812.

Kingston devient le centre des activités navales britanniques sur le lac Ontario lorsque la marine provinciale y établit, sur la pointe Frederick, un chantier naval ainsi qu'une base servant au transbordement crucial des marchandises à destination et en provenance des Grands Lacs. Kingston sera une menace permanente pour les Américains, qui n'auront pas la capacité de prendre la ville et qui ne l'attaqueront qu'une seule fois pendant la guerre, lorsque leur escadron pourchassera le HMS  Royal George jusque dans le port. Le chantier naval produira un grand nombre de navires de guerre destinés à l'escadron du commodore sir James Lucas Yeo, notamment le St. Lawrence de la Royal Navy. Pendant la guerre, le chantier hébergera des centaines de marins et emploiera autant d'ouvriers qualifiés, dont beaucoup seront recrutés à Québec en raison du manque de travailleurs dans le Haut‑Canada.

 

Humiliés par les conditions des quatre traités signés avec les États-Unis (ceux du fort Stanwix en 1784, du fort McIntosh en 1785, du fort Finney en 1786 et du fort Harmar en 1789), qui permettent la colonisation de certaines parties de la vallée de l'Ohio par les Américains, des Premières nations de la région regroupées en confédération déclenchent une guerre pour conserver leurs terres. Le conflit se poursuivra jusqu'en 1795.  

1790

Octobre 1790

Une confédération de guerriers des nations Miami, Shawnee, Lenape (Delaware) et Nishnabek (Potawatomi) dirigée par le chef Petite Tortue (Michikinikwa) dans le territoire situé au nord-ouest de la rivière Ohio remporte la victoire sur une expédition militaire américaine menée par le brigadier-général Josiah Harmar.

1791

4 novembre 1791

Au terme de la bataille de la Wabash, une seconde expédition américaine dans le territoire du Nord-Ouest, dirigée cette fois par Arthur St. Clair, le gouverneur de cette région, est vaincue par une confédération de Premières nations menée par le chef miami Petite Tortue (Michikinikwa).

1792

1792

Les guerres de la Révolution française débutent. Elles découlent de la Révolution française de 1789 et sont suivies des guerres napoléoniennes. Les hostilités se poursuivront jusqu'en 1815, mises à part de brèves accalmies de 1802 à 1803 et de 1814 à 1815.

Les guerres de la Révolution française et les guerres napoléoniennes consistent en une série de campagnes menées contre la France par diverses coalitions. Le 1er février 1793, la France, déjà en conflit avec d'autres pays européens, déclare la guerre à la Grande-Bretagne, qui s'est jointe à la coalition antifrançaise. Des affrontements terrestres et maritimes ont lieu dans le monde entier mais principalement en Europe. Ce conflit est marqué par de nombreuses batailles, notamment l'ultime défaite infligée à l'empereur français Napoléon à Waterloo par les armées du duc de Wellington et du maréchal prussien Gebhard von Blücher en 1815. Pendant la guerre, la France et la Grande-Bretagne imposent toutes deux des restrictions commerciales qui nuisent à des pays neutres comme les États‑Unis. Ces mesures ont notamment comme conséquence de pousser les États-Unis à déclarer la guerre à la Grande-Bretagne le 18 juin 1812. Les Britanniques, qui sont déjà engagés dans un conflit contre Napoléon, ont peu de troupes à envoyer à la défense de leurs colonies en Amérique du Nord.

 

Le lieutenant-gouverneur John Graves Simcoe émet une proclamation visant à encourager l'immigration des Américains dans le Haut-Canada. Lors de la guerre de 1812, près de la moitié de la population de la colonie est d'origine américaine. 

1792 et 1793

Des Premières nations de la région de l'Ohio veulent faire la paix avec les États-Unis à condition qu'aucun colon américain ne s'établisse au nord de la rivière Ohio. Les négociateurs américains refusent d'accepter cette frontière, et la guerre se poursuit.

1794

20 août 1794

Bataille de Fallen Timbers, territoire du Nord-Ouest. Une troisième expédition militaire américaine envoyée dans le territoire, cette fois mieux préparée et dirigée par le major-général Anthony Wayne, remporte la victoire sur la confédération de Premières nations du chef miami Petite Tortue (Michikinikwa).

19 novembre 1794

Traité de Londres (Jay Treaty) : Le Traité d'amitié, de commerce et de navigation est signé. Il définit la façon dont la frontière entre l'Amérique du Nord britannique et les États-Unis sera établie.

Du nom du négociateur américain, le Traité Jay entre en vigueur le 29 février 1796 pour régler certaines questions non résolues après la Révolution américaine et aider à éviter la guerre entre la Grande-Bretagne et les États-Unis. Les Britanniques acceptent de retirer leurs troupes des postes qu'ils occupent en territoire américain dans la région des Grands Lacs et construisent donc plusieurs forts en remplacement de ceux qu'ils ont rendus.  L'accord sanctionne aussi le commerce transfrontalier, quoique les différends commerciaux deviennent plus tard un enjeu dans les prémisses de la guerre de 1812.  Le traité vient à échéance en 1803 et les tentatives pour sceller un autre accord échouent, ce qui accentue les tensions entre les deux nations.

1795

3 août 1795

Le traité de Greenville entre les États-Unis et une confédération de Premières nations, signé à la suite de la bataille de Fallen Timbers, permet la colonisation par les Américains d'une grande partie de la vallée de l'Ohio. Affligées par la perte de leurs terres, certaines de ces nations, dont les Shawnee, s'allieront aux Britanniques lors du déclenchement de la guerre de 1812.

1796

De 1796 à 1799

Les forts George, Amherstburg et St. Joseph sont construits par les Britanniques pour remplacer des postes récemment cédés en territoire américain.

Comme elle s'y est engagée à la signature du traité Jay en 1794, la Grande-Bretagne cède aux États-Unis plusieurs postes établis dans l'Ouest. Pour conserver sa position stratégique, elle érige donc trois forts le long des routes de transport sur les Grands Lacs. D'abord, le fort George est construit en face du fort Niagara pour garder la mainmise sur l'importante route d'approvisionnement reliant les lacs Ontario et Érié. Après la cession du fort Détroit, le fort Amherstburg et son chantier naval sont également établis pour surveiller les déplacements sur la rivière Détroit. Enfin, pour contrebalancer la présence militaire américaine au fort Mackinac dans le secteur supérieur des Grands Lacs et pour protéger le commerce des fourrures, le fort St. Joseph est construit sur l'île St. Joseph. Ces postes ne seront fortifiés qu'en 1799. Ils seront des centres d'activités des forces armées et du département britannique des Indiens.

1798

16 novembre 1798

Au large de Cuba, les marins d'un escadron de la Royal Navy abordent le sloop USS Baltimore et réquisitionnent les 55 membres d'équipage. Cinquante d'entre eux seront plus tard remis en liberté, mais les Américains sont outrés par cette violation de la souveraineté de leur pays.

1799

1799 

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le 1er bataillon du 41e régiment.

1802

1802

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le 49e régiment accompagné du lieutenant-colonel Isaac Brock.

1803

8 août 1803

 

Levée du régiment des Canadian Fencibles. Créé à l'origine en Grande-Bretagne, le régiment est composé de soldats du Haut et du Bas-Canada et servira dans les deux provinces pendant la guerre de 1812.

1806

Avril 1806

Pendant la guerre que se livrent continuellement entre la Grande-Bretagne et la France, la Royal Navy impose un blocus sur les côtes françaises afin d'exercer des pressions économiques sur l'ennemi.

De 1806 à 1812

Les marines britannique et française violent le droit à la libre circulation des navires américains en haute mer.

Pendant les guerres napoléoniennes, la Grande-Bretagne et la France tentent toutes deux de ruiner l'économie adverse en imposant une série de restrictions aux échanges commerciaux avec des pays neutres. Les vaisseaux britanniques et français se permettent donc de saisir les navires marchands américains transportant des marchandises destinées à leur ennemi. En représailles à cette violation des principes de libre circulation en haute mer, les États-Unis adoptent une série de lois comme la loi sur l'embargo (Embargo Act) de 1807. Par ailleurs, les Britanniques interceptent et fouillent les navires marchands américains et les bâtiments de la marine des États-Unis, soi-disant à la recherche de déserteurs britanniques, mais réquisitionnent en fait de nombreux citoyens américains et les obligent à servir dans la Royal Navy. En 1812, les cris de guerre lancés par les Américains ont trait à la défense de la liberté commerciale et des droits des marins.

21 novembre 1806

Napoléon promulgue le décret de Berlin, qui interdit aux alliés de la France de faire des échanges commerciaux avec la Grande-Bretagne. Ce décret et d'autres qui le suivront seront connus sous le nom de système continental.

31 décembre 1806

Le traité Monroe-Pinkney entre la Grande-Bretagne et les États-Unis est conclu. Il comprend certaines concessions en faveur des Américains sur le plan commercial, mais pas sur la réquisition des marins. Pour cette raison, le président Thomas Jefferson refuse de soumettre le traité à la ratification du Sénat.

1807

1807

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le 100e régiment et le 10e bataillon royal des vétérans.

22 juin 1807

Le navire de guerre HMS Leopard ouvre le feu sur l'USS Chesapeake au large du cap Henry, en Virginie.

De 1796 à 1812, la Royal Navy réquisitionne près de 10 000 marins employés sur des navires commerciaux américains et les enrôle de force, alléguant habituellement qu'il s'agit de déserteurs britanniques. Cependant, l'épisode de plus célèbre de réquisition de marins se déroule à bord d'une frégate de la marine américaine. Le 22 juin 1807, le HMS Leopard ouvre le feu sur l'USS Chesapeake au large du cap Henry : trois hommes sont tués et 16 autres blessés. Un détachement du Leopard monte à bord du Chesapeake et rassemble l'équipage. Quatre déserteurs sont faits prisonniers. Lorsque le Chesapeake réussit à rentrer à Norfolk, les citoyens déclenchent une émeute. La rumeur de l'incident se répand, et les protestations prennent de l'ampleur. Résistant aux pressions, le président Thomas Jefferson se retient de déclarer la guerre, mais il ferme les ports américains aux navires de guerre britanniques. L'incident envenime considérablement les relations anglo-américaines.

24 août 1807

Les échanges commerciaux entre l'Amérique du Nord britannique et les États-Unis sont suspendus. Cependant, Saint John au Nouveau-Brunswick ainsi qu'Halifax et Shelburne en Nouvelle-Écosse sont désignés ports francs, et les marchandises américaines y sont les bienvenues.

11 novembre 1807

Afin d'accroître les pressions économiques sur la France, le gouvernement britannique promulgue des décrets interdisant aux navires étrangers, même ceux provenant de pays neutres, de faire des échanges commerciaux dans les ports européens, à moins de passer d'abord par un port britannique pour y payer des droits de douane.

17 décembre 1807

Napoléon promulgue le décret de Milan, selon lequel tout navire accostant dans un port britannique sera considéré comme une propriété britannique et sera donc saisi. Ainsi, les navires de commerce américains naviguant dans les eaux européennes risquent maintenant d'être saisis par les navires de guerre français ou britanniques.

22 décembre 1807

Le Congrès des États-Unis décrète un embargo.

Le 11 novembre 1807, dans le but d'accroître la pression sur l'économie de la France, le gouvernement britannique promulgue des décrets interdisant aux navires étrangers de faire des affaires en Europe sans d'abord s'arrêter dans un port britannique pour payer des droits de douane. Le 17 décembre, Napoléon réplique en signant le décret de Milan, selon lequel tout navire accostant dans un port britannique sera considéré comme une propriété britannique et pourra ainsi être saisi. Cette guerre économique entraîne la confiscation de 947 navires américains de 1807 à 1812. La loi sur l'embargo, qui interdit l'exportation de produits américains dans tous les pays étrangers, vise à obliger la Grande-Bretagne et la France à assouplir les restrictions qu'elles ont imposées sur les échanges commerciaux des États-Unis. Toutefois, elle aura plutôt pour effet de nuire au commerce maritime américain, qui est principalement concentré en Nouvelle-Angleterre.

1808

Été 1808

D'importants travaux sont mis en chantier pour améliorer les fortifications de Québec. 

Québec est le centre militaire et administratif de l'Amérique du Nord britannique et, en tant que port ouvert aux navires océaniques, la porte d'entrée du continent. Sa protection est donc d'une importance capitale. Craignant les représailles à la suite de la Révolution américaine, Gother Mann, commandant des Royal Engineers au Canada, dresse un plan pour renforcer les défenses de la ville. Son successeur, Ralph Bruyeres des Royal Engineers, réalise une partie de ce plan qui comprend ravelins et ouvrages extérieurs formant le bastion St-Louis, une nouvelle ligne de défense constituée de quatre tours Martello et plusieurs poudrières. Les Britanniques poursuivent les travaux de renforcement tout au long de la guerre, notamment par l'ajout d'une citadelle (1820-1831).

1809

1 mars 1809

Le président Thomas Jefferson autorise l'adoption d'une loi qui met fin à l'embargo et permet la reprise de tous les échanges commerciaux, sauf ceux avec la Grande-Bretagne et la France.

4 mars 1809

James Madison est assermenté président des États-Unis. Dans ce pays, la guerre de 1812 sera connue sous le nom de « guerre de M. Madison ».

Mai 1809               

Arrivée de renforts britanniques à Québec : le 1er bataillon du 8e régiment.

1810

1810

Charles-Michel d'Irumberry de Salaberry revient au Canada. Il devient l'aide de camp du major-général Francis de Rottenburg.

1 mai 1810

Par l'adoption du projet de loi no 10 (appelé projet de loi Macon d'après le représentant qui est à son origine, Nathaniel Macon), le Congrès permet la reprise des échanges commerciaux avec la Grande-Bretagne et la France, mais promet de mettre fin aux échanges avec l'ennemi de la première des deux puissances à lever ses restrictions à l'encontre des navires neutres.

11 septembre 1810

Le New Brunswick Regiment of Fencible Infantry, levé en 1803, devient un régiment de ligne, le 104e régiment d'infanterie.

2 novembre 1810

La France annonce qu'elle révoque ses décrets à l'encontre des navires de commerce neutres. Le président James Madison donne trois mois à la Grande‑Bretagne pour faire de même.

1811

1811

Arrivée à Québec des Royal Newfoundland Fencibles.

 

Des quartiers militaires sont aménagés sur la rue Saint-Louis à Québec, dans le Bas-Canada.

 

Le major-général Isaac Brock est nommé administrateur et commandant militaire du Haut-Canada. Cette nomination au titre de responsable des affaires civiles et militaires permet à Brock de mobiliser plus efficacement les ressources défensives de la colonie.

2 mars 1811

Le président James Madison interdit les échanges commerciaux avec la Grande-Bretagne.

1 mai 1811    

La frégate de la Royal Navy HMS Guerrière arraisonne le brick américain Spitfire au large de Sandy Hook, au New Jersey, et réquisitionne un marin américain.

16 mai 1811 

Confondant le sloop HMS Little Belt avec le HMS Guerrière, l'USS President ouvre le feu sur le Little Belt au large de la côte de la Caroline du Nord. Neuf marins britanniques sont tués et 23 autres sont blessés.

Septembre 1811

Des décrets britanniques restreignent les échanges commerciaux américains dans les Antilles britanniques.

13 septembre 1811 

Arrivée à Québec du nouveau gouverneur général, sir George Prévost.

4 novembre 1811

Le douzième Congrès des États-Unis commence ses travaux.

Le douzième Congrès des États-Unis est marqué par la présence d'une dizaine de nouveaux députés provenant des États du Sud et de l'Ouest. Surnommés les faucons, ces hommes font partie de la première génération d'Américains qui sont devenus adultes après la Révolution. Ils sont révoltés par l'enrôlement forcé et le non-respect de la neutralité des États-Unis en haute mer. De plus, ils croient que la conquête de l'Amérique du Nord britannique mettrait fin au soutien supposément apporté par les Britanniques aux Amérindiens, et ouvrirait ainsi la voie à la domination par les Américains du commerce des fourrures dans le Nord. Ironiquement, la principale région maritime du pays, la Nouvelle-Angleterre, est opposée à une guerre avec la Grande-Bretagne, mais comme les faucons sont majoritaires à la Chambre et au Sénat, il semble de plus en plus probable qu'un conflit armé sera déclenché.

7 novembre 1811  

Après la bataille de Tippecanoe, une force composée de troupes régulières et de miliciens américains, dirigée par le major-général William Henry Harrison, gouverneur du territoire de l'Indiana, incendie le village de la nation Shawnee surnommé « ville du prophète ». 

 

|  Suivant →

Chronologie de la guerre de 1812


Section 1 : De 1775 à novembre 1811
Section 2 : De janvier 1812 à juin 1812
Section 3 : De juillet 1812 à septembre 1812
Section 4 : D'octobre 1812 à décembre 1812
Section 5 : De janvier 1813 à mars 1813
Section 6 : D'avril 1813 à juin 1813
Section 7 : De juillet 1813 à septembre 1813
Section 8 : D'octobre 1813 à décembre 1813
Section 9 : De janvier 1814 à mars 1814
Section 10 : D'avril 1814 à juin 1814
Section 11 : De juillet 1814 à décembre 1814
Section 12 : De janvier 1815 à 1871

Site web officiel du Gouvernement du Canada du bicentenaire de la guerre de 1812

LIENS CONNEXES